Mode de vie pour faire face à la dysfonction érectile

Dans la médecine occidentale, nous cherchons souvent un remède simple à tout ce qui nous fait mal. Nous tombons malades, nous prenons une pilule. Nous avons des douleurs, nous prenons une pilule. Nous avons des troubles de l’érection, nous prenons une pilule. Le problème est que les véritables soins de santé sont souvent bien plus compliqués et impliqués que cela.

Les facteurs qui peuvent nous causer des problèmes de santé peuvent ne pas constituer une menace en soi, mais lorsqu’ils s’empilent les uns sur les autres, en combinaison, cet effet multiplié peut atteindre le point de basculement et provoquer des problèmes médicaux frustrants.

Il en va de même pour les troubles de l’érection. Les petits stress de la vie auxquels nous soumettons notre corps font tous des ravages sur notre pénis et sa capacité à fonctionner. Après avoir subi trop d’abus, notre corps signale qu’il abandonne le combat. Une approche holistique du traitement de la dysfonction érectile, basée sur le mode de vie, peut contribuer à la récupération et au maintien d’un pénis fonctionnel.

La chimie d’une érection est étonnante. Elle commence avec la molécule fragile, l’oxyde nitrique (NO), qui signale aux muscles qui tapissent les vaisseaux sanguins du pénis de se détendre et de laisser le sang engorger le pénis.

Le NO est une molécule dont les électrons sont déséquilibrés, ce qui signifie qu’il se décompose instantanément avec certaines autres molécules. La production et la stabilité du NO reposent sur les antioxydants qui le protègent afin qu’il ait le temps de produire son effet avant de se décomposer (en moins de quelques secondes).

Étonnamment, presque tous les aspects de notre mode de vie ont une incidence sur la production et le fonctionnement du NO ainsi que sur la présence d’antioxydants pour le protéger.

Contrôle du poids

Lorsqu’il s’agit de pénis, la taille n’a pas d’importance. En ce qui concerne les lignes de taille, la taille a vraiment de l’importance. Le surpoids ou l’obésité est l’une des pires choses que vous puissiez faire à votre pénis. Tout d’abord, les hommes ont tendance à accumuler de la graisse dans le bas de leur abdomen et dans la zone pubienne à la base du pénis. À mesure que cette accumulation de graisse augmente, la superficie disponible du pénis diminue. Pour chaque tranche de 15 livres de graisse supplémentaire, vous perdez ½ pouce de pénis. Ce n’est que le début.

L’un des sous-produits du surpoids est la résistance à l’insuline. Même s’il n’est pas diabétique, l’homme en surpoids a créé un environnement où son corps n’est pas capable de répondre à l’insuline comme il le devrait. L’insuline est un des principaux stimulateurs de la production de NO.

Une réponse plus faible à l’insuline est synonyme de moins de NO ! Les taux de sucre plus élevés des hommes en surpoids nuisent également à la production de NO.

Point 1 : Perdre du poids !

Faites de l’exercice

Selon une étude récente publiée dans l’International Journal of Impotence Research, le facteur de style de vie le plus important qui influence les difficultés érectiles est l’exercice – à la fois l’exercice du corps entier et l’exercice du pénis. Il a été démontré qu’un mode de vie sédentaire augmente les DE de 2 à 10 fois, alors qu’une activité modérée réduirait les DE de 60 % et une activité intense de plus de 80 %. L’exercice physique entraîne une augmentation de la production de NO dans tout le corps. L’exercice physique augmente également la sensibilité du corps à l’insuline (voir un schéma ici ?).

Malheureusement, l’exercice physique systémique n’augmente pas le flux sanguin vers le pénis. Heureusement, le pénis doit aussi faire de l’exercice. Une stimulation régulière qui induit des érections augmentera la présence de NO dans le pénis et améliorera la réponse du pénis à celui-ci.

Point 2 : L’exercice aide à créer des érections saines.

Stress

La plupart d’entre nous ont tendance à considérer le stress comme un sentiment d’avoir trop à faire et trop peu de temps pour le faire – trop de pain sur la planche ! Mais le stress est en fait une combinaison très complexe d’interactions physiques et psychologiques.

À son niveau le plus élémentaire, le stress est l’anticipation par le corps du besoin d’énergie supplémentaire. Cela signifie tout, du niveau le plus élevé (panique, fureur), au niveau intermédiaire (frustration, échéances) jusqu’au niveau le plus bas (manque de sommeil, ne pas manger, inquiétude).

La réponse de votre corps à chaque niveau est de pomper de l’adrénaline dans votre système ainsi que de pomper du sucre dans votre sang pour un supplément d’énergie (vous vous souvenez de la résistance à l’insuline ?). C’est la réaction de combat ou de fuite dont vous entendez parler.

L’aspect sexuel majeur du stress est que l’adrénaline est ce qui maintient votre pénis en flaccidité au quotidien. Ainsi, même le plus petit souci ou stress va pomper de l’adrénaline dans votre système, ce qui va instantanément tuer une érection.

Point 3 : La gestion du stress est la clé de votre santé sexuelle.

Réduire la consommation de graisses

La graisse provoque une inflammation des vaisseaux sanguins. Cette inflammation réduit considérablement l’effet du NO. La graisse dans la circulation sanguine augmente l’oxydation – qui décompose le NO. La graisse réduit les effets de l’insuline. Un repas riche en graisses peut également rendre les effets du Viagra complètement inutiles. La graisse augmente le cholestérol, ce qui peut boucher les petites artères du pénis.

La graisse fait grossir ! (vous vous souvenez de la question du contrôle du poids ?)

Alors, qu’est-ce que ça donne ? Ces frites ont peut-être bon goût en descendant, mais est-ce que ça vaut la peine de rendre le sexe plus difficile ?

Point 4 : Eliminez les graisses de votre alimentation.

Réduisez votre consommation de sucre

Le taux de sucre dans votre sang est directement lié au taux d’insuline et crée une résistance à l’insuline. Un taux de sucre plus élevé augmente également le taux d’oxydation.

Le sucre fait grossir. Pouvez-vous vraiment justifier cette barre de chocolat si elle va ruiner une érection ?

Point 5 : Réduisez la quantité de sucre dans votre alimentation.

Alcool léger/modéré

Il est intéressant de noter qu’il a été démontré que des quantités légères à modérées d’alcool (1 à 2 verres par jour) réduisent la DE. Il a été démontré qu’une consommation modérée d’alcool augmente les niveaux d’oxyde nitrique (NO) chez les animaux de laboratoire. Cependant, un excès d’alcool supprime la production de NO, endommage les cellules musculaires du pénis et augmente l’éjaculation précoce.

Il semble donc que ce verre de vin au dîner soit bon pour votre pénis, après tout. Il suffit de le boire avec modération. Un excès d’alcool peut augmenter le désir – mais il diminue absolument les performances.

Point 6 : Appréciez l’alcool avec modération.

Fumer

Il n’est guère nécessaire d’en discuter. Des études ont montré que le tabagisme, ainsi que la fumée secondaire, augmentent l’incidence des difficultés érectiles. Les dommages et les maladies cardiovasculaires, associés à la destruction de l’oxyde nitrique par la fumée, font que continuer à fumer est un suicide sexuel. Si vous avez besoin d’aide pour arrêter de fumer, consultez votre médecin.

Point 7 : Arrêter de fumer

Antioxydants

Nous avons tous entendu parler des antioxydants – ils font souvent la une des journaux. Les antioxydants les plus connus sont le bêta-carotène, les vitamines C et E, et le sélénium, un minéral. Parmi les autres antioxydants, on trouve le ginkgo biloba, la coenzyme Q10 et les tocotriénols.

Les polyphénols sont de puissants antioxydants que l’on trouve en grande quantité dans certains aliments. La grenade, le thé (surtout le thé blanc), le vin rouge, les myrtilles, les fraises, les framboises sont tous excellents. Les baies noires ont une teneur deux fois plus élevée que les autres baies. Le cacao noir, à faible teneur en sucre, présente un énorme avantage pour augmenter la production de NO. Il a même été démontré que des épices telles que le romarin, l’origan, la cannelle, le curcuma, le poivre noir, les clous de girofle, l’ail et le paprika réduisent les effets nocifs d’un repas riche en graisses.

Point 8 : Mangez vos fruits et légumes et ajoutez des épices à vos repas.

Testostérone

On voit les publicités télévisées partout. « Vous avez un T bas ? » La vérité est que beaucoup d’hommes se promènent avec une faible testostérone. Le manque d’énergie, la dépression, la prise de poids, la perte de libido sont autant de symptômes d’un faible taux de testostérone. En un mot, la testostérone est ce qui vous fait vous sentir comme un homme. L’énergie nécessaire pour rivaliser, créer, explorer et conquérir provient de cette hormone masculine. Tout comme le désir et la capacité d’avoir des relations sexuelles.

Malgré la tentation, ne courez pas à votre magasin d’alimentation pour essayer de régler ce problème par vous-même. Vous pouvez créer d’énormes problèmes en altérant les hormones par vous-même. Si vous pensez avoir un faible T, demandez à votre médecin.

Point 9 : Faites un bilan de santé

Suppléments

De nombreuses recherches ont été menées récemment sur les effets des suppléments sur les performances sexuelles. Une étude publiée dans l’International Journal of Impotence Research par le Reproductive Partners Medical Group, a dressé une liste de suppléments dont il a été démontré qu’ils augmentaient la production et la conservation de NO. Cette liste comprend :

  • Oméga-3 Huile de poisson 1000mg
  • Acide folique 400 microgrammes
  • Vitamine C-500 mg. 1000mg
  • Vitamine E 200 UI 200mg
  • L-Citrulline 2 grammes
  • Pycnogénol 50-120 mg.
  • Thé vert 3 tasses/jour
  • Chocolat (faible teneur en sucre) 1 oz/jour

Étonnamment, la L-Arginine n’a pas figuré sur la liste. Il a été constaté que la plupart des doses recommandées sont si faibles que le médicament est synthétisé presque complètement avant d’avoir le temps d’affecter la production de NO. Si vous voulez l’essayer, la dose qui semble avoir le plus d’effet est de 5 grammes.

Point 10 : Discutez avec votre médecin de la possibilité de prendre des compléments lors de votre prochaine visite.